Le bio et La restauration collective | CABRIÈS NATURE ENVIRONNEMENT

Les députés, qui sont souvent aussi des maires, ont adopté une loi courageuse le 1er juillet 2018. Dans un amendement à la loi “Égalité et citoyenneté”, l’obligation d’intégrer des produits bio dans les repas servis dans les cantines et dans les restaurants d’entreprise, a été fixée à 2020.

L’amendement a en fait fixé une obligation d’intégrer 40 % de produits provenant d’agriculteurs locaux dans les repas servis dans les cantines scolaires, mais aussi, et c’est une nouveauté, dans les restaurants d’entreprise. C’est la promotion du fameux « circuit court », qui a motivé les rédacteurs de cet amendement.

Les restaurants collectifs pourront aussi, dans ces fameux 40 %, proposer des produits répondant à des critères de développement durable. On pense notamment aux produits de saison, qui peuvent être cultivés dans des pays de l’Union Européenne soumis au même climat que la France…

Cet amendement a aussi fixé l’obligation d’utiliser 20 % d’aliments issus de l’agriculture biologique, ou d’exploitations agricoles en cours d’agrément bio. Ce seuil est très élevé, car à ce jour, seuls 75 % des cantines et 62 % des restaurants d’entreprise intègrent du bio dans leurs plats, et encore il ne s’agit que de quelques produits, et pas tous les jours.

Avec cet amendement, le seuil de 20 % sera logiquement analysé sur une période de plusieurs jours, ou plusieurs semaines. Certains repas pourront ainsi être 100 % bio, et d’autres, pas du tout.

En 2015, le bio représentait 3,5 % des achats de la restauration collective scolaire ou d’entreprise.

Free WordPress Themes, Free Android Games